Lycée Professionnel Philadelphe de Gerde - 3 allée Philadelphe de Gerde - BP90040 - 33602 PESSAC CEDEX-FRANCE - Tél. 05 56 36 23 80

Académie de Bordeaux
Place de la Bourse
pont Chaban Delmas
Ville de Pessac
tramway TBC
LOGO REGION 73ccc

 



Accès Espace Personnel

Parents, professeurs, élèves, partenaires : accédez à votre espace dédié !
Vous y trouverez les dernières informations utiles, l'accès à ProNote...

Si vous avez perdu/oublié votre mot de passe ou identifiant, merci de contacter le lycée à l'adresse email ci-dessous :
webmaster@lyceepro-pessac.fr

office Entreprises : devenez Partenaire du lycée et préparer l'avenir !

Technicien électronicien

Le technicien en électronique répare, installe ou fabrique de nombreux produits : appareils audio-vidéo, électronique médicale, instruments de mesure, électronique automobile, systèmes de navigation... Très souvent assistant de l'ingénieur, on lui demande de multiples compétences.

  • Niveau d'accès : bac + 2
  • Salaire débutant : 1800 €
  • Statut(s) : Statut salarié
  • Synonymes : Technicien(ne) en électronique
  • Métiers Associés : Responsable opérationnel(le) en électronique et automatisme industriel (électronique), Technicien(ne) de fabrication en électronique, Technicien(ne) de laboratoire des Ecoles nationales des mines (électronique), Technicien(ne) de maintenance électronique, Technicien(ne) de police technique et scientifique de la police nationale (électronique), Technicien(ne) d'essais en électronique, Technicien(ne) d'études et recherches en électronique, Technicien(ne) d'intégration et ensemblier en électronique, Technicien(ne) en CAO électronique, Technicien(ne) en électroacoustique (électronique), Technicien(ne) supérieur(e) d'applications électroniques, Technico-commercial(e) en électronique
  • Secteur(s) professionnel(s) : multisecteurs

Le métier

Nature du travail

Réparation et maintenance

Le technicien intervient sur des équipements industriels, des systèmes de télécommunications... Il localise l'origine de la panne, procède au remplacement d'un composant ou d'une carte électronique, modifie le programme informatique intégré à une puce, puis remet en service les équipements.

Essai et contrôle

Dans un laboratoire d'essais, il vérifie qu'un prototype (de système de guidage laser, par exemple) est conforme aux performances attendues. En collaboration avec l'ingénieur, il définit les mesures à effectuer, puis réalise les essais et exécute les mises au point. Technicien de contrôle, il définit les tests à pratiquer sur les produits fabriqués.

Conception et fabrication

Dirigé par un ingénieur, il peut participer à des activités d'études : conception à partir d'un cahier de charges d'une carte électronique, par exemple. Il réalise le schéma de la carte, effectue les tests de conformité, édite les documents de fabrication. En tant que technicien d'intégration, il participe à la fabrication des équipements en implantant les cartes électroniques et en assurant leur raccordement.

Compétences requises

Connaître la programmation

Les compétences demandées traduisent bien les deux évolutions qui ont marqué l'électronique récemment : l'extension du numérique et la diffusion de l'électronique dans la plupart des secteurs industriels (automobile, aéronautique...). Pour le technicien, des connaissances en programmation informatique sont aujourd'hui indispensables. Il lui faut également bien connaître son environnement technique (moteurs, boîtes de vitesses, etc.).

Multicompétences

Il est à noter également que les recruteurs apprécient de plus en plus les techniciens ayant une double compétence dans le domaine de l'électronique. Par exemple, électronique et microélectronique ; électronique grand public et électronique professionnel, etc.

Technicien et entreprenant

Dans cette profession, fortement marquée par la concurrence entre les entreprises, le dynamisme, l'initiative, la créativité et l'aptitude à travailler en équipe sont particulièrement appréciées. Une bonne maîtrise de l'anglais technique est souhaitée, ainsi que des aptitudes rédactionnelles afin d'écrire rapports et notices techniques...

Ou l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Dans les PME

Le technicien en électronique travaille fréquemment dans une petite ou moyenne entreprise (PME). C'est d'ailleurs ce type d'entreprisequi a assuré l'essentiel des recrutements au cours de ces dernières années. Très souvent polyvalent, il partage alors son temps entre plusieurs activités : négociation commerciale, étude de produits, service après-vente.

Dans les grandes entreprises

Les activités du technicien électronicien sont davantage spécialisées. Encadré par un ingénieur, il participe à l'intégration de systèmes complexes, à des essais ou au contrôle qualité. On peut également lui confier une partie d'un projet : création, à partir d'un cahier de charges, d'une carte électronique ou d'un module logiciel destiné à traiter des signaux numérisés. Il peut également travailler dans des sociétés de services, sous-traitantes des grandes entreprises (sociétés de maintenance, en particulier).

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Entre 1800 euros (net) et 2500 euros (brut) / mois.

Intégrer le marché du travail

Techniciens très recherchés

La progression rapide des applications de l'électronique favorise le recrutement des techniciens dans de nombreux secteurs : construction de matériels électroniques, évidemment, mais aussi automobile, aéronautique et espace, énergie, télécommunications, secteur médical, sociétés de services (sociétés de maintenance industrielle, bureaux d'études...), administration (ministères...). Les techniciens restent majoritairement recherchés par les PME. Les grandes entreprises recrutent, mais à un rythme moins élevé.

Évolution de carrière

Avec quelques années d'expérience professionnelle, le technicien peut accéder à des responsabilité d'encadrement d'équipe ou de conduite de projet. L'accès au statut de cadre peut être obtenu par promotion interne dans certaines entreprises. Mais, le plus souvent, l'évolution vers le niveau d'ingénieur est subordonnée au suivi d'une formation de type CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) ou NFI (nouvelles formations d'ingénieurs, le plus souvent en alternance).

Aller au haut